Sainte Marie du Plant – Connaissez-vous bien votre église ?

L’ancienne chapelle
(Inventaire général du patrimoine culturel, (c) Conseil général du Val-de-Marne)

Intérieur de l’ancienne chapelle
(Inventaire général du patrimoine culturel, (c) Conseil général du Val-de-Marne)

Un peu d’histoire

1903 – L’étable de Bethléem

  • Il n’existe à cette date que l’église Saint Saturnin sur la commune. Un nouveau curé arrive sur Champigny, il se préoccupe de l’évangélisation des deux extrémités de sa paroisse
  • Au Plant, il installe les catéchismes dans une ancienne grange route de Joinville, l’étable de Bethléem qui accueille 50 à 60 enfants

1908 – La chapelle

  • Le 15 août : début des travaux à l’endroit même où commence la bataille de Champigny (30 novembre au 2 décembre 1870)
  • La chapelle est dédicacée à la Vierge Marie
  • Elle prend le nom de
    Sainte Marie Libératrice du Plant

1909 – La chapelle

  • Le 7 mars 1909, la chapelle fut bénite par le cardinal Léon Amette, archevêque de Paris
  • Elle est située 25 rue des Accacias (ancien nom de la rue Maurice Pirolley)
  • Premier baptême – Émilienne le 22 novembre 1908 (minute en tête du registre de 1909)

1910 – Inondations

  • Sur appel de Monsieur le curé, la population inondée de Champigny vient en foule implorée Sainte Marie Libératrice

Le projet approuvé
(Inventaire général du patrimoine culturel, (c) Conseil général du Val-de-Marne)

1921 – Paroisse

  • Érection de la paroisse Sainte Marie
  • Monsieur Kaffer est le premier curé

1929 – Paroisse

  • 11 000 habitants sur le territoire de la paroisse
  • 700 participent à la messe dominicale
  • La paroisse a un vicaire

1929 – Saint Joseph

  • Monsieur Chardon est curé de Sainte Marie. Il se préoccupe du quartier du Tremblay, il installe une « chapelle-baraque » rue du Soleil (actuelle rue Robert Birou où donne le parking de l’église Saint Joseph

1931 – Les chantiers

1935 – 33ème chantier

  • Début de la construction de l’église actuelle confiée à l’architecte Bezault
  • Un beau plan d’ensemble a été approuvé par le comité diocésain d’architecture. Nous n’en réaliserons que le chœur, le transept et les sacristies, avec salles de catéchismes.
  • L’église actuelle servira de nef, jusqu’à ce que nous puissions compléter les travaux.
    (octobre 1932 – Le Christ dans la Banlieue, n° 4)
  • Les deux dernières travées et le clocher porche ne seront pas construits faute de financement et l’arrivée de la Seconde Guerre Mondiale.

1935 – bénédiction

  • Bénédiction solennelle par le cardinal Verdier
    (octobre 1935 – Le Christ dans la banlieue n° 16)

1936 – Au près de la Marne

  • « Il est un coin de la paroisse éloignée de l’église, habité par un petit peuple de travailleurs bien modestes. Il mérite qu’on lui donne une chapelle. »
    (Octobre 1936 – Le christ dans la banlieue n° 20)
  • Le projet de la chapelle Sainte Jeanne est lancé.

La fresque a pris place au dessus de l’autel du Saint Sacrement

Accueil de la maison paroissiale Cœur de vie

1958 – La fresque

1991 – Réfection du chauffage

  • Les Chantiers du Cardinal participent à la réfection du chauffage pour 465 000 Francs (71 000 euros)
  • La statue de la Vierge Marie et la fresque trouvent une nouvelle place dans l’église

1992 -Réfection de l’électricité

2009 – Cœur de vie

  • Inauguration de la maison du centre paroissial

Aujourd’hui

Demain

  • . . .

Sources

  • Archives du diocèse de Créteil
  • Les chantiers du cardinal (Revue Le Christ dans la banlieue, aujourd’hui La revue des Chantiers)
  • Internet, archives du Val-de-Marne et base Mistral sur culture.gouv.fr
  • Informations personnelles